AUTOS-CARS GRIS ARCANGIOLI


Les Autos-Cars Gris  -  The Grey Buses  -  along the coast from Fécamp to Le Havre 


berliet

 
Nota  -  Il s'agit d'un site d'archives historiques et ne contient pas de données actuelles

Pour les informations actuelles et les horaires de bus dans la Seine Maritime visitez le site departemental

For current information and bus timetables in Seine Maritime visit the departmental website

Older readers might just possibly remember the town of Fécamp as the home of the pre-war commercial station Radio Normandie. The town has also been the home of the grey buses of the Arcangioli brothers for many years. The family had been in the transport business in Grasse (in Alpes-Maritimes) in the south of France since 1913 and had founded Phocéens-Cars at Nice. Subsequently Oscar Arcangioli came to Normandie and founded Autos-Cars Gris at Fécamp in 1931.

The first route, using two small buses, ran four times a day each way between Saint-Pierre-en-Port and Fécamp from 11th June. A twice daily service through Etretat to the port city of Le Havre at the mouth of the River Seine started on 1st October. In February two more Arcangioli brothers joined with Oscar, these were Pierre and Septime. The three routes at this time included the original route to Saint-Pierre, the route to Le Havre via Etretat and a route linking Fécamp to Fauville-en-Caux six times a day.

By the end of 1932 there were twenty vehicles (typically with 21 seats) and already included what were to become their three main services which included two different routes from Fécamp to  Le Havre  - the original one by the coast via Etretat and Sainte Adresse (fifteen journeys), the other inland via Goderville and Montivilliers (sixteen journeys). A third principal route ran from Fécamp through Bolbec and Lillebonne to Notre Dame de Gravenchon (six journeys a day).

An advertisement in a guidebook for Le Havre in April 1933 lists seven routes: the two routes from Le Havre to Fécamp and the route from Fecamp to Gravenchon (extended to Port Jerome). A fourth route is listed as Le Havre to Angerville l'Orcher by way of Maneglise which is similar to part of the Fécamp via Goderville route. The remaining three routes are departing from Fécamp and go to (a) Grandes-Dalles via Senneville and Saint-Pierre (b) Saint-Pierre via Valmont and Angerville (c) Fauville via Daubeuf and Tocqueville. From the bus station in rue Charles-Laffitte at Le Havre a combined half hourly frequency was offered btween the two routes to Fecamp, with single fares of 7 francs via Goderville and 9 francs via Etretat.

A timetable from summer 1935 similarly shows routes to Grandes-Dalles via Saint-Pierre (some journeys going inland via Angerville), the route to Fauville, the two routes to Le Havre via either Etretat or Goderville, and the route to Notre Dame de Gravenchon. At this time there was competition from Cars Fontaine of Le Havre from there to Etretat. Expansion continued and six years later the fleet size had grown to thirty-one. Illustrated below is a timetable from 1938.

Mobilisation at the outbreak of war meant loss of both vehicles and seventy five per cent of drivers, and there were instances of buses coming under fire in their daily duties; in January 1943 two buses were machine-gunned near Cap d'Antifer, causing thirteen deaths. The bus station at Le Havre was destroyed by bombardment in May 1942. Services were restored after the liberation with twenty four buses serving the three main routes with a frequency of 14 departures each way via Etretat to Le Havre; 11 via Goderville to Le Havre; and 5 to Bolbec and Gravenchon.

By 1956 there was a staff of 50, of whom 22 were drivers. Typical seating capacity of the vehicles had now risen to 45 places, and they were carrying more than a million passengers a year. But after the busy post-war years the growth of private motoring was being felt by the 1960s. Activities were expanded with schools and works transport and a travel agency was opened in 1965. Autos-Cars Gris won the grand prize of the President of the Republic at the 19th 'semaine internationale du car' in 1969. 

By 1981 there were 83 vehicles and 133 employees across a wide range of activities including the transport of both passengers and goods, as well as vehicle rentals and the travel agency. Two years later in 1983 the company moved to a new garage and base at Nid de Verdier on the outskirts of Fécamp. This replaced the previous garage at 14 Rue Saint Nicolas which had opened in 1947.

In later years a fourth route linked Fécamp to via Fauville to Yvetot station. A fast 'Rapid Bus' service linked Fécamp to Le Havre from 1987, reducing the journey time to 45 minutes, with just one intermediate stop at Goderville. This was discontinued in 2007 when the Seine Maritime département introduced their 2 euros anywhere flat fare scheme on the interurban bus routes throughout their administrative area.

The Autos-Cars Gris company is no longer owned by the Arcangioli family, it was sold by Benoît Arcangioli (Oscar's son) some years ago in 1994 to the SNCF railway bus company Cariane. They later merged with Via-GTI to form the Keolis group, who control many French urban and interurban transport operations.  In 2002 Auto-Cars Gris of Fécamp employed 154 staff and had a fleet of 101 vehicles. Known since 2006 as Keolis Seine Maritime operations still continue from Fécamp with the Ficibus town routes and interurban lines for the département. Benoît Arcangioli died in June 2012 aged 93 years, the last director of the family business.

logo les cars gris


Nos plus vieux lecteurs se souviennnent probablement de la ville de Fécamp comme ayant été le berceau de la station de TSF Radio Normandie qui a connu sa période de gloire dans les années 1930. La cité a aussi servi de base aux autobus gris de la société Arcangioli pendant de nombreuses années. 

La famille Arcangioli, qui a créé les Phocéens-Cars à Nice (Alpes Maritimes), arrivent dans la Haute Normandie pour y créer les Cars Gris. Née en 1931 à Fécamp par Oscar Arcangioli, deux autres frères Arcangioli rejoint avec Oscar, ce sont Pierre et Septime. La première ligne, avec deux petits autobus, a couru quatre fois par jour dans chaque sens entre Saint-Pierre-en-Port et Fécamp, à partir du 11 Juin. Un service deux fois par jour à travers Etretat à la ville portuaire du Havre, à l'embouchure de la Seine a débuté le 1er Octobre. Les trois lignes à cette époque comprenaient l'itinéraire original à Saint-Pierre, la ligne vers Le Havre via Etretat et une ligne reliant Fécamp à Fauville-en-Caux six fois par jour.

Par le fin de 1932 les lignes principales incluaient deux services différentes entre Fécamp et Le Havre - l'une par la côte via Etretat et Sainte-Adresse (quinze départs), et l'autre par les terres via Goderville et Montivilliers (seize départs). Une troisième ligne principale allait de Fécamp par Bolbec et Lillebonne à Notre-Dame-de-Gravenchon  (six départs par jour).

Une publicité dans un guide pour Le Havre en Avril 1933 énumère sept itinéraires: les deux lignes du Havre à Fécamp et la ligne de Fécamp à Gravenchon (étendu à Port-Jérôme). Il y avait une quatrième ligne entre Le Havre et Angerville l'Orcher par Maneglise (qui est semblable à une partie de la ligne vers Fécamp via Goderville). Les trois autres lignes sont au départ de Fécamp vers (a) Grandes-Dalles via Senneville et Saint-Pierre (b) Saint-Pierre par Valmont et Angerville (c) Fauville via Daubeuf et Tocqueville. De la gare routière de la rue Charles-Laffitte au Havre une fréquence combinée d'une demi-heure  a été offert par les deux lignes à destination de Fécamp, avec des tarifs uniques de 7 francs par Goderville et 9 francs par Etretat.

De même l'horaire d'été 1935 contient les lignes à Grandes-Dalles en passant par Saint-Pierre (mais quelques départs vont par Angerville), la ligne de Fauville, les deux lignes vers Le Havre soit par Etretat soit par Goderville et la ligne vers Bolbec, Lillebonne et Notre-Dame-de-Gravenchon. A cette époque il y avait de concurrence par les Cars Fontaine du Havre à partir de là jusqu'à Etretat. L'expansion s'est poursuivie et, six ans plus tard, la flotte est devenu trente et un cars. Illustré ci-dessous est l'horaire d'hiver de 1938.

Mobilisation et la guerre en 1939, l’ensemble des véhicules ainsi que leurs chauffeurs sont réquisitionnés. En Janvier 1943 deux bus étaient mitraillés près de Cap d'Antifer, avec treize morts. La gare routière du Havre a été détruit par les bombardements en mai 1942. Le rétablissement des lignes a suivi la libération avec vingt-quatre cars. En 1956, il y avait une équipe de 50 personnes, dont 22 chauffeurs. Mais après les années d'après-guerre la croissance de l'automobile privé se fait sentir dans les années 1960. Les activités ont été développées avec les transports de personnel et les transports scolaires; une agence de voyage a été ouvert en 1965. Puis en 1969 les Autos Cars Gris remportent le grand prix du président de la république à la 19ème semaine internationale du car.

En 1981, il y avait 83 véhicules et 133 employés. Deux ans plus tard, en 1983, la société a déménagé et s'installe dans un nouveau dépôt à Nid de Verdier à la périphérie de Fécamp (en remplacement de garage précédent dans la rue Saint Nicolas qui avait ouvert ses portes en 1947). Un quatrième service, créé plus tardivement, reliera Fécamp à la gare d'Yvetot, passant par Fauville.

La société n'est plus aujourd'hui propriété de la famille Arcangioli. Elle a était vendue en 1994 par Benoît Arcangioli (fils d'Oscar) au transporteur Cariane, filiale de la SNCF, lequel fusionnera par la suite avec la Via-GTI pour devenir le groupe Keolis. En 2002 les Autocars Gris de Fécamp employaient 154 salariés et entretenaient une flotte de 101 véhicules.  Connu depuis 2006 comme Keolis Seine Maritime l'exploitation continue aujourd'hui avec les lignes urbaines Ficibus de Fécamp et des lignes interurbaines pour le département. Benoît Arcangioli s'est éteint dans sa 93e année en juin 2012; il fut le dernier patron de l'entreprise familiale des Autos-Cars Gris.




From the Indicateur Quillet of August 1934 we can see that the Arcangioli brothers were still active in the south of France at that time. There were four long distance routes linking Nice with Marseille via Toulon; Nice to Marseille via Aix; Nice to Grenoble via Digne; and Marseille to Grenoble via Aix.

Dans l'Indicateur Quillet pour Août 1934 nous pouvons voir que Arcangioli-Frères étaient encore actifs dans le sud de la France à cette époque. Il y avait quatre lignes de longue distance reliant Nice et Marseille via Toulon; Nice à Marseille via Aix, Nice à  Grenoble via Digne et Marseille à Grenoble via Aix.


The 1938 timetable - Autos-Cars Gris - l'horaire 1938
  (scans from the James Bunting collection)
1938 timetable page 1



1938 timetable page 2







Place Thiers Fecamp
An early view taken in the Place Thiers at Fécamp (now the Place de Gaulle)

Une vue prise dans la Place Thiers à Fécamp (maintenant Place de Gaulle)



depot of Autos-Cars Gris in rue Saint Nicolas 1947

The depot at rue Saint Nicolas in Fécamp, built in 1947

Le dépôt de la rue Saint Nicolas à Fécamp, construit en 1947



timetable 1962
1962 winter timetable

Horaire d'hiver 1962



timetable 1962 Etretat




timetable 1968


1968 winter timetable

Horaire d'hiver 1968



Timetable 1968 Gravenchon




timetable 1973
1973 winter timetable

Horaire d'hiver 1973



Timetable 1973 Goderville




 1999 timetables

1999 timetable leaflets

Fiches-horaires 1999


map


Update to map - by the time of the September 2006 timetable route 22 had been curtailed at Bolbec and no longer served Lillebonne or Gravenchon. There is also a route 17 - with limited days and times of operation to provide train connections - from Etretat via Goderville to Bréauté-Beuzeville rail station (which is located a few miles north of Bolbec on route 22).

Mise à jour Septembre 2006 - la ligne 22 a été réduite à Bolbec et ne servait plus Lillebonne ou Gravenchon. Il ya aussi une ligne 17 - avec des jours et heures d'exploitationlimités pour fournir des connexions train - d'Etretat par Goderville à Bréauté-Beuzeville gare SNCF (qui se trouve à quelques kilometres au nord de Bolbec sur la ligne 22).
Further update September 2007 - the operation of routes 17,  22,  23 and 24 has passed from Cars Gris to Cars Perier of Lillebonne.  Route 25 to Yvetot is still operated by Keolis-Cars Gris, who have also taken over route 30 from Le Havre via Bolbec and Lillebonne to Caudebec-en-Caux (the western part of the former CNA through route from Le Havre to Rouen, severed into two halves at Caudebec some years ago).  Update August 2011 - since 1st August, lines 17, 20 (Le Havre - Caudebec), 22, 23 and 24 are operated by Kéolis, Cars Perier and VTNI who decided to jointly share the tender result. The department relets the tenders for the routes every four years.
Autres mise à jour.   Septembre 2007 - l'exploitation des lignes 17, 22, 23 et 24 passent de Cars Gris à Cars Périer de Lillebonne. Ligne 25 vers Yvetot reste en exploitation par Keolis-Cars Gris, qui ont également repris la ligne 30 au départ du Havre via Bolbec et Lillebonne à Caudebec-en-Caux (la partie occidentale de l'ancienne ligne de la CNA du Havre à Rouen, coupé en deux moitiés à Caudebec il ya quelques années).   Aout 2011 - depuis le 1er aout, les lignes 17, 20 (Le Havre - Caudebec), 22, 23 et 24 sont effectuée par Kéolis, Cars Périer et VTNI qui ont décider de se partager le marché conjointement. Le département fait les appels d'offres pour les lignes tous les quatre ans.


I would be pleased to learn more about this operator if any French readers of this page have further information!

Si les lecteurs français de cette page pouvaient m’apporter des informations complémentaires à propos de cet autocariste, je leur en serais reconnaissant!

Click here to return to main index page
stn arret de car Cliquez ici pour retourner à la page d'accueil pour la Normandie





DORSET (RURAL)
DORSET (URBAN)
SOMERSET
WILTSHIRE
HAMPSHIRE
FAROE ISLANDS
FRANCE (NATIONAL)
NORMANDIE
ISLE OF SKYE
LINCOLNSHIRE